Trauma, dissociation et pratiques holotropiques

« Pourquoi la MDMA et d’autres thérapies psychédéliques peuvent NE PAS fonctionner pour vous » S.R.

Analyse de Saj Razv, traduite automatiquement et [corrigée subjectivement] parfois.

 [Bien que l’auteur s’exprime en thérapeute des psychédéliques, j’ose croire que ses observations valent pour toute pratique holotropique induisant une transe profonde.]

Les thérapies psychédéliques ne fonctionnent pas toujours. Laisse moi être clair. Nous soutenons la révolution actuelle de la santé mentale qu’est la psychothérapie psychédélique. Nous avons participé à la recherche sur la MDMA. Nos cliniques aux États-Unis ainsi qu’à Amsterdam proposent une thérapie psychédélique. Nous savons également ce que signifie travailler avec ces médicaments dans le domaine de la santé mentale. Comparez cela à la durée, la difficulté et parfois l’impossibilité d’une guérison sans eux. Cela ne garantit toutefois pas un résultat positif. L’un des facteurs les plus importants et pourtant invisibles dans la séance de thérapie psychédélique d’une personne est sa capacité de dissociation.

Qu’est-ce que la dissociation ?
La dissociation est une réaction biologique que nous avons tous face à une menace écrasante. Il s’agit d’une réponse involontaire d’engourdissement émotionnel et physique. La libération d’opioïdes naturels et endogènes dans le cerveau et le système nerveux provoque une réponse engourdissante. Dans un article historique sur le sujet, le Dr Bessel van der Kolk, chercheur sur le SSPT, note :

«…deux décennies après le traumatisme initial, une analgésie médiée par les opioïdes s’est développée chez des sujets atteints de SSPT en réponse à un stimulus ressemblant au facteur de stress traumatique, que nous avons corrélé avec une sécrétion d’opioïdes endogènes équivalente à 8 mg de morphine» [1].

Van der Kolk fait référence aux anciens combattants du Vietnam. Vingt ans plus tard, certains échos de la guerre (sons, images, odeurs) les ont réexposés à leur traumatisme. Ces vétérans ont eu la même réaction d’engourdissement que l’on peut produire avec une injection de 8 mg de morphine. Les hôpitaux utilisent de plus petites doses d’opioïdes pour traiter les accès douloureux paroxystiques sévères. Cela signifie que notre pharmacie interne sécrète de puissants opioïdes pour nous engourdir physiquement, émotionnellement et psychologiquement. Cela se produit même des décennies après qu’un traumatisme ait eu lieu. Cela est vrai pour les anciens combattants. Cela est également vrai pour les adultes qui grandissent dans des familles stressantes, négligentes, chaotiques ou violentes lorsqu’ils sont enfants. La dissociation n’est pas douce. Ce n’est pas inventé et ce n’est pas non plus un placebo. Il s’agit d’un changement neurochimique très réel et mesurable dans le cerveau.

Dissociation en santé mentale
Pour comprendre le rôle central de la dissociation dans la santé mentale, revenons à van der Kolk. Il note :

« … Une vaste littérature sur les traumatismes de combat, les crimes, les viols, les enlèvements, les catastrophes naturelles, les accidents et l’emprisonnement a montré que la réponse au traumatisme est bimodale : … l’hyper-réactivité aux stimuli et la ré-expérience traumatique coexistent avec l’engourdissement psychique, l’évitement, amnésie et anhédonie. Ces réponses aux expériences extrêmes sont si cohérentes à travers les différentes formes de stimuli traumatiques que cette réaction bimodale semble être la réponse normative à toute expérience bouleversante et incontrôlable » [1].

Van der Kolk dit que cette combinaison de peur, de stress, d’anxiété et de panique du système nerveux sympathique mélangée à une réponse engourdissante parasympathique et dissociative à base d’opioïdes est tout à fait courante. Nous le voyons dans la recherche. Nous le constatons également quotidiennement dans le domaine de la santé mentale.

Ces deux faces sont la marque du traumatisme. Mais ce qui est surprenant, c’est qu’il n’existe pas de modalités largement pratiquées pour traiter efficacement la dissociation. Vous pouvez voir et ressentir le stress. Il est beaucoup plus difficile de voir et de ressentir le vide. Ni votre propre esprit ni votre thérapeute n’ont la formation nécessaire pour remarquer, et encore moins pour réussir la dissociation.

Thérapies axées sur les traumatismes et dissociation
Par exemple, le protocole EMDR conseille au clinicien de s’éloigner de la phase de traitement et de revenir à la [ressource] si le client commence à se dissocier. L’une des modalités de traitement des traumatismes les plus connues n’a sans doute jamais été conçue pour traiter la dissociation. Considérez [la question] « à quel point vous sentez-vous mal sur une échelle de 0 à 10 » dans l’évaluation des unités de sujet de détresse (SUD) ! Toute mesure de détresse auto-déclarée sur les SUD manquera complètement et sous-estimera les événements traumatisants importants impliquant une dissociation. Comparez cela à des événements de stress beaucoup moins graves n’impliquant aucune dissociation, qui auront un taux plus élevé.

La thérapie par la parole commune ou TCC a des limites dans ce qu’elle peut faire pour les symptômes émanant de matériel dissocié. C’est parce que nous parlons de ce que l’esprit peut voir. On parle de ce qui bouleverse et qui se ressent. Nous ne parlons pas et ne cherchons même pas ce qui devrait être là mais qui manque curieusement. Cela est particulièrement vrai si le vide engourdissant existe dans la vie d’une personne depuis son enfance et est l’eau dans laquelle elle nage. La dissociation est le dilemme central au cœur de la santé mentale. Nous n’avons même pas de bonnes mesures pour l’identifier. Nous n’avons pas non plus de bonnes mesures pour nous y engager. De plus, c’est à notre avis la cause centrale de la dépression et de la résistance aux traitements.

La plupart des gens ont un certain niveau de dissociation. Cela est presque certainement vrai pour les personnes qui envisagent une thérapie psychédélique pour résoudre leurs symptômes plus résistants au traitement. Il s’agit plutôt de savoir dans quelle mesure et quelle profondeur s’exerce la dissociation.

Traumatisme à événement unique ou schéma durable ?
Le client vient-il pour un traumatisme lié à un événement unique, comme une agression ou un accident de voiture ? La dissociation s’est-elle produite uniquement lors de cet événement ? Ou y a-t-il eu une négligence ou des abus prolongés et répétés pendant l’enfance dans leur famille d’origine ? Les deux créeront une dissociation. Mais la deuxième personne aura probablement vécu une partie importante de son enfance dans un état dissociatif. Elle ne se souviendra généralement pas de son enfance avec des événements concrets et spécifiques. Elle aura plutôt des souvenirs vagues, abstraits et généralisés d’une enfance « belle et heureuse ». Cette personne rencontrera une dissociation beaucoup plus profonde lors de sa séance de thérapie psychédélique.

La MDMA et les autres substances psychédéliques ne parviennent pas, de par leur nature, à briser la dissociation.

La plupart des clients du premier scénario ne sont généralement pas motivés par des symptômes résistants au traitement. Il s’agit de personnes ayant eu une enfance relativement stable et qui ont vécu un événement traumatisant plus tard dans leur vie. La thérapie par la parole, l’EMDR ou le traitement standard fonctionnent pour ces clients. Il en va de même pour ceux qui n’ont peut-être même pas eu besoin de thérapie en premier lieu.

La dissociation est plus probable pour les cas complexes.
Au moins pour l’instant, le client de la thérapie psychédélique est plus susceptible d’être un cas complexe. Pensez à un patient souffrant de SSPT, de petite enfance et/ou de traumatisme développemental. Ils détiennent un degré important de dissociation dans leur système. A priori, lorsque les psychédéliques sont utilisés habilement, ils peuvent conduire à des expériences de pointe ou mystiques. Cela implique la dissolution des frontières de l’ego individuel. Le résultat final leur laisse comprendre qu’ils sont intimement liés par l’amour à tout et à tous les autres sur la planète. Après avoir vécu une telle expérience, la plupart des gens trouvent qu’il est beaucoup plus difficile de faire des choses qui nuisent à quoi que ce soit ou à quelqu’un. Il s’agit de l’un des résultats les plus génériques de la recherche en santé mentale sur les psychédéliques. Ce résultat montre que ceux-ci peuvent être très thérapeutiques dans le traitement de la dépression, de l’anxiété, des dépendances et de divers autres problèmes de santé mentale.

Les psychédéliques ne brisent pas la dissociation
[Mais] La MDMA et les autres substances psychédéliques ne parviennent pas, de par leur nature, à briser la dissociation. Ils peuvent accélérer considérablement son nettoyage. Mais le processus a besoin d’être ciblé et guidé pour dépasser cette structure de défense dissociative. Considérez ce scénario. Vous prenez un puissant médicament psychédélique pour soulager la douleur de votre vie. Dans le même temps, votre neurobiologie va libérer une forte dose d’opioïdes anesthésiants de type héroïne, spécifiquement pour vous protéger de votre mémoire traumatique. Votre système fait cela depuis des années (peut-être même dès la petite enfance). Votre corps est doué pour cela et cela ne va pas s’arrêter aujourd’hui. Considérez ce qui pourrait arriver lorsqu’une réponse psychédélique se transforme directement en réponse aux opioïdes. C’est là que nous obtenons une certaine variation dans l’expérience des gens.

Voici ce que nous avons vu spécifiquement avec la MDMA. (Mais ces observations s’appliquent également à d’autres psychédéliques sur lesquels nous nous concentrerons dans la partie 2 de cet article). Les clients se sentent souvent complètement sobres, même au point culminant d’une séance. Les gens penseront qu’ils ont reçu un placebo, ou que cela ne fonctionne tout simplement pas pour une raison ou une autre. Ils auront l’impression que rien ne se passe. Ils se retrouvent avec un sentiment d’ennui. Cela amène à penser qu’ils peuvent se lever et vaquer à leurs occupations. Ils ne ressentiront tout simplement aucun changement.

Se sentir fatigué?
Une autre possibilité est qu’ils deviennent simplement somnolents. Si aucun thérapeute n’était dans la pièce, ils pourraient très bien s’endormir pendant quelques heures sous MDMA. Cela peut être difficile à comprendre si vous connaissez cette drogue dans un cadre récréatif. Cependant, lors d’une séance de thérapie, la somnolence est courante. Lorsque la dissociation peut émerger en raison de la concentration sur un souvenir traumatique, cela se produit. Tout comme les médicaments antipsychotiques empêchent une réponse psychédélique, nos opioïdes endogènes ont également le pouvoir d’arrêter les choses.

Thérapie psychédélique et corps
L’esprit conscient, narrateur et créateur de sens attribuera souvent un sens à cette expérience. Par exemple, l’esprit peut dire : « Je savais que rien ne fonctionnerait pour moi » ou « Le médicament me dit… ». Il existe toutes sortes d’histoires conceptuelles que nous pouvons générer à partir de ce qui se passe. Mais l’expérience principale est celle de « il ne se passe pas grand-chose ».

L’astuce pour travailler avec la dissociation est de ne pas ignorer l’or qu’est l’ennui au profit d’autres morceaux juteux et plus intéressants pour l’esprit. Le client et le thérapeute auront envie de fournir quelque chose d’évocateur pour lancer la séance. Mais le tout est de ramener le néant, le vide, le plat, la sobriété, ou la somnolence [comme matière]. Demandez au client de remarquer tous les détails de l’ennui. Cela [vous] demandera beaucoup de confiance. Sachez simplement que le vide est incroyablement précieux.

L’apparente non-réponse est le point d’accès pour aller plus loin. Les psychédéliques, dont le cannabis et la MDMA, ont de nombreux dons. La première est qu’ils génèrent des expériences « ici et maintenant » profondément incarnées et viscérales. Dans ce cas, la réalité très réelle de « l’ici et maintenant » évoquée par la médecine est la dissociation. C’est un état d’oubli et d’insensibilité. Notre recommandation est de conserver cette expérience même si elle ne correspond pas à l’idée que le client se fait de la façon dont devrait se dérouler la séance. Encore une fois, c’est plus facile à dire qu’à faire. Comprenez que les clients de la thérapie psychédélique ont tant d’espoir. Ils s’attendent à ce que ce traitement fonctionne et soit la seule chose qui les aide.

Dans le modèle PSIP, nous redirigeons continuellement l’attention du client vers son expérience sensorielle directe. S’ils voient une image, nous leur demanderons s’ils peuvent ressentir l’image. S’il le peut, nous ferons évoluer le client vers l’aspect ressenti, ce qui conduira très souvent à un processus autonome. S’ils ne peuvent pas se connecter à une expérience sensorielle directe, les stimuli sont très probablement une distraction de l’esprit qui ne fera que poursuivre la boucle. Nous vous suggérons de mener une expérience avec l’imagerie psychédélique qui surgit souvent au cours de la séance. Le suivre conduit-il à une connexion ou une association plus profonde avec le matériau, conduit-il à un approfondissement du processus, ou l’image continue-t-elle simplement à se transformer en un affichage infini qui ne mène nulle part ?

L’ennui disparaîtra
Finalement, l’ennui/vide finira par se fissurer. Cela peut prendre 30 minutes, cela peut prendre 2 heures, voire la session toute entière. Finalement, ça va craquer. Lorsque cela se produit, il y a tout un univers en dessous qui était caché à la conscience par la dissociation. La thérapie peut désormais engager cette matière puisqu’elle est devenue visible. Rappelez-vous, la raison pour laquelle la dissociation est devenue active en premier lieu était que des expériences bouleversantes se produisaient. Ces expériences bouleversantes et impossibles sont ce à quoi le client croit pleinement qu’il ne pourrait pas survivre lorsqu’elles se produisent. Certes, à l’époque, il ne s’agissait pas d’expériences digestes, intégrables et cloisonnées.

Votre esprit s’organise bien, pour ne pas voir de dissociation. Votre esprit développe toutes sortes de distractions intéressantes, souvent répétitives, qui continuent de vous parcourir pendant la ou les séances. Il peut s’agir d’une forme encore plus exagérée de boucle défensive que nous observons dans la thérapie non psychédélique. Il existe de nombreux autres matériels et chaînes sur lesquels se concentrer et qui vous sembleront intéressants. Mais il ne s’agit pour la plupart que d’un spectacle de marionnettes distrayant organisé par votre esprit pour maintenir la dissociation en place.

La dissociation peut ne pas faire surface
L’autre possibilité est que la dissociation n’apparaisse pas. Cela se produit parce que la plupart des personnes qui vivent des événements traumatisants résidant en dissociation ont également de nombreux autres événements plus superficiels avec lesquels il est approprié de travailler. Des événements qui n’étaient pas suffisamment bouleversants pour générer une réponse opioïde. Au lieu de cela, ces événements plus doux ont créé des réactions inquiétantes d’anxiété et de peur qui sont visibles à la conscience.

Essentiellement, de nombreux clients se trouvent dans un environnement riche en cibles, à la fois pour les événements de dissociation et pour les événements de stress de toute sorte. La kétamine, la MDMA et le cannabis sont très efficaces pour éliminer ces expériences de surface plus accessibles à la conscience. Les scores de SSPT diminuent généralement. Les clients se sentiront beaucoup mieux pendant une période significative de plusieurs mois ou années. Cependant, le travail et, malheureusement, les symptômes ne sont généralement pas encore terminés. Il y a beaucoup d’avantages à court terme. Cependant, le matériau qui [attendait] en dissociation [re]commencera à bouillonner à la surface. Cela se produit parce que vous êtes en fin de compte en meilleure santé, en ressources et en confiance envers le processus.

Dans ces conditions, l’ensemble de votre système est plus fiable et est confronté à moins de compromis. Cela peut prendre des semaines ou des mois plus tard, mais à un moment donné, du matériel précédemment dissocié commencera à émerger. Ce n’est pas un signe que vos précédentes séances psychédéliques ont échoué. Plutôt l’inverse. C’est un signe de la santé innée d’une personne que son système veuille continuer à creuser et à traiter jusqu’à la fin.

En résumé, la dissociation est un élément câblé de notre psychobiologie. C’est le cœur du traumatisme, et si nous voulons guérir, nous ne pouvons l’ignorer. Nous ne pouvons pas prétendre qu’il n’existe pas. On ne peut pas s’allier à la dissociation d’un client en acceptant qu’il n’existe pas. Il doit être engagé selon ses propres conditions viscérales. Le vide n’est pas rien, c’est quelque chose de très prégnant.

Dans la deuxième partie de cet article, nous parlerons de la façon dont la dissociation interagit avec la thérapie assistée par la psilocybine (champignons psychédéliques). Nous référençons notre expérience dans notre programme d’Amsterdam. Nous incluons des entretiens avec des cliniciens faisant partie de la Société Psychédélique des Pays-Bas qui utilisent régulièrement la psilocybine dans leur pratique thérapeutique.

Les références de la partie 1
van der Kolk, BA (1994). Le corps tient le score : mémoire et psychobiologie évolutive du SSPT. Harvard Review of Psychiatry, 1, 253-265.
Ceci est la première partie d’un article en deux parties. Innate Path est une organisation de formation, de recherche et de services cliniques en psychothérapie psychédélique. Contactez innatepath.org ou saj@innatepath.org

 

Thérapie aux champignons à la psilocybine : observations cliniques d’Amsterdam (partie 2 sur 2)

Comment tirer le meilleur parti de la thérapie aux champignons psilocybine, y compris le contexte, la relation thérapeutique et la dissociation.
Auteur : Saj Razvi, PLC
19 novembre 2019 (Mise à jour : 20 avril 2022)

La thérapie aux champignons psilocybine est un médicament incroyable. Ce qu’il exige de la personne qui l’utilise et ce qu’il fournit dépasse tout ce que j’ai vécu. Ce qui inclut l’univers de la thérapie par la MDMA, le cannabis et la kétamine. Il s’agit absolument d’une médecine avancée qui ne révélera son véritable potentiel que si les conditions externes et internes le permettent. En d’autres termes, il existe des facteurs qui amèneront la psilocybine à exprimer sa profonde capacité de guérison ou à avoir très peu d’effet, quelle que soit la dose.

Ces observations sont issues de l’expérience de notre programme de thérapie à la psilocybine à Amsterdam. Ils proviennent également d’entretiens avec des cliniciens de la Société Psychédélique des Pays-Bas. Ils utilisent régulièrement ce médicament en thérapie. Grâce à des observations, on peut démontrer qu’il existe deux facteurs majeurs qui déterminent la profondeur et l’utilité d’une séance de thérapie aux champignons psilocybine.

Pour être clair, cet article s’adresse au public de la santé mentale, aux personnes qui cherchent à traiter leurs symptômes par des moyens psychédéliques. Cela ne s’applique pas aux Michael Pollans du monde ou aux chercheurs de « l’amélioration du bien ».

Set & setting pour la thérapie aux champignons à la psilocybine
En gardant cela à l’esprit, le premier facteur majeur est la pertinence de votre environnement. Ceci est communément appelé set and setting. La prise de psilocybine dans différents contextes donne des résultats différents. Être dans un cadre récréatif, dans une cérémonie spirituelle, dans un groupe ou dans une thérapie individuelle, tout cela affecte l’expérience de manière unique. Votre intention concerne-t-elle la santé mentale ? Vous souhaitez profiter de la séance pour approfondir votre psychisme, vos symptômes, votre histoire et votre structure ? Vous souhaiterez alors absolument travailler dans un cadre de thérapie individuelle. Travailler avec une équipe de deux thérapeutes (homme et femme) serait idéal. Nous n’aimons généralement pas être aussi prescriptifs car il existe de nombreuses voies différentes que la guérison peut emprunter.

Cependant, nous constatons de manière fiable que le contenant, le traitement et la concentration individuelle requis pour une guérison personnelle profonde ne sont tout simplement pas [possibles] dans un contexte de groupe. [Pas plus que dans des pratiques récréatives]. Votre système censurera naturellement la profondeur et l’intensité de votre processus. Cela se produit parce que vous savez que vous faites partie d’un groupe de personnes qui ont toutes besoin du temps et de l’attention d’un facilitateur. Il s’agit d’une évaluation appropriée de votre environnement et de ce qu’il peut contenir.

Des choses merveilleuses se produisent certainement en groupe ou surtout lors d’une cérémonie. Les gens peuvent vivre des expériences profondes. [Même si celles-ci sont bien souvent] de nature transpersonnelles. Il s’agit de l’appréciation et/ou de la reconnexion au monde, mais pas du domaine de la psychothérapie et de la santé mentale individuelle. Si vous êtes là pour des raisons personnelles de santé mentale, il est utile que le contenant et la concentration soient orientés vers vous personnellement, par opposition à un environnement de groupe général.

Préparation interne
Le deuxième facteur majeur déterminant le résultat de votre séance de champignons est votre préparation interne. Un traitement avancé et approprié. Cela fonctionne mieux pour les personnes qui ont atteint [approchent?] le niveau de guérison fondamental. Ils ont déjà travaillé avec la psychothérapie assistée par la MDMA, le cannabis ou la kétamine.

Voici ce que nous entendons par cette distinction entre niveaux initiaux et avancés de travail psychédélique. La MDMA et le cannabis se concentrent sur les événements de votre vie. Il peut s’agir d’événements très précoces, voire préverbaux, dont vous ne vous souvenez pas. La psilocybine est une médecine avancée dans la mesure où elle s’adresse au « vous » lui-même. Votre identité et votre sens de la réalité qui se sont construits à partir de ces événements. La psilocybine remet en question le tissu même de la réalité qui a été constitué très tôt dans la vie. Ceci est important dans la mesure où votre sens même de vous-même et de la réalité constitue une couche de programmation beaucoup plus profonde. Il s’agit d’une couche d’apprentissage considérée comme immuable.

C’est une croyance [fondée] dans les essais cliniques sur la MDMA que la MDMA n’affecte pas les changements de niveau de personnalité. Il se concentre plutôt sur des événements traumatisants. Ces médicaments psychédéliques de démarrage sont si efficaces pour la santé mentale en raison de leur portée et de leur profondeur limitées aux événements. Ils ne demandent rien de plus à l’utilisateur, contrairement à la psilocybine.

Synchronisation de l’ego et du système nerveux nécessaire
Alors, que se passe-t-il dans ce niveau initial de travail qui est une condition nécessaire pour que la psilocybine exerce sa magie ? Nous pensons que la psilocybine a besoin d’un niveau fondamental d’intégrité de l’ego et du système nerveux avant de pouvoir faire quoi que ce soit avec le système d’une personne. Nous effectuons ce type de travail avec les clients d’Innate Path. Les travaux se concentrent sur les réponses du système nerveux autonome aux événements. Cela comprend également l’établissement de voies somatiques pour traiter une charge émotionnelle très intense et, peut-être plus important encore, sa dissolution par dissociation.

La première partie de cet article explique comment la dissociation est généralement un facteur important dans la santé mentale. La dissociation est un facteur important dans la thérapie psychédélique, et c’est un facteur important avec la psilocybine. Nous vous recommandons de lire la première partie avant de continuer. Mais pour résumer brièvement, tous les mammifères, y compris les humains, génèrent et libèrent involontairement des opioïdes naturels. Ces opioïdes nous engourdissent lors d’un événement très stressant ou accablant. De plus, cette réponse dissociative et engourdissante est active des décennies après que ces événements se soient produits. Essentiellement, une réaction protectrice, dépressive et engourdissante est présente. Cela peut bloquer la prise de conscience, la thérapie et même les réponses psychédéliques.

Les champignons ne fonctionnent pas bien avec la dissociation
Si vous souffrez de dissociation, la thérapie aux champignons psychédéliques ne vous sera probablement pas très utile. De nombreuses personnes présentant des symptômes tenaces souffrent de dissociation. Nous constatons que les gens conservent leur dissociation dans 2 cas. Les personnes qui ont subi un traumatisme pendant l’enfance en sont le premier exemple. Les autres sont des personnes qui n’ont jamais suivi de thérapie auparavant ou dont le travail s’est limité aux formes conventionnelles de thérapie par la parole. Oui, ces années de thérapie par la parole coûteuse peuvent être intéressantes et utiles à certains égards pour votre esprit conscient. Pourtant, la thérapie par la parole ne fait pas grand-chose pour briser les couches protectrices de votre système. Cela n’atteint pas le cœur de vos symptômes, du moins pas de la manière dont la thérapie psychédélique est capable de le faire.

Si c’est vous et que vous participez à une séance de thérapie aux champignons psilocybine, l’expérience sera probablement assez douce, quelle que soit la quantité de médicament que vous ingérez. Vous aurez probablement des images prosaïques et paisibles de la nature, de l’eau, de la danse de la lumière, des fleurs, des couleurs et des distorsions psychédéliques. Mais aucune de ces images ne se connectera à votre monde intérieur et ne vous engagera pas dans un processus de transformation. La psilocybine n’est pas le médicament idéal pour briser la dissociation. Ce qu’elle vous demande est trop important pour ce à quoi votre système est prêt. Cela est vrai si vous êtes encore en proie à un engourdissement psychologique ou si vous en sortez tout juste.

Légères distorsions
Que ce soit le médicament qui fasse ce choix ou que ce soient vos propres mécanismes psychologiques de protection qui le bloquent, la psilocybine vous échappera en grande partie avec seulement de légères distorsions psychédéliques. C’est pourquoi les Pays-Bas acceptent volontiers que des paquets de truffes aux champignons psychédéliques soient légalement vendus à des groupes itinérants de vacanciers récréatifs. Ni le décor, ni le psychisme de la personne ne sont prêts pour un grand processus, et cela ne se produit donc pas. Cela finit par être un voyage relativement sûr, visuellement intéressant et plein de rires.

Nous constatons que c’est le cas de nos clients d’Amsterdam, quel que soit le dosage. Cela a été confirmé lors des entretiens avec les thérapeutes de la Société Psychédélique des Pays-Bas. Il est rare ici que les clients soient prêts pour les grandes séances auxquelles ils s’attendent. Le protocole que nous avons adopté en réponse à cela consiste à commencer par une thérapie à la psilocybine. Mais si la séance est principalement de nature dissociative avec les réponses légères mentionnées ci-dessus, nous suggérons une alternative. Nous les informerons sur la psychothérapie assistée par le cannabis et sur ce que nous observons généralement avec ce médicament.

Nous aurons souvent en réponse un regard perplexe. Ces personnes ont eu la peine de s’envoler pour l’Europe pour une thérapie à la psilocybine, alors que les travaux sur le cannabis sont disponibles aux États-Unis. Le plus souvent, ces clients finissent par choisir de continuer leur travail sur le cannabis au lieu de se lancer immédiatement dans une autre séance de champignons. En effet, le cannabis et la MDMA sont plus adaptés au stade de travail auquel se trouvent ces clients. Le processus du cannabis est capable de saisir et de briser l’engourdissement dissociatif d’une manière dont la psilocybine ne le fait pas. Ce qui finit par arriver, c’est qu’un client s’engage dans trois ou quatre séances de thérapie au cannabis pendant des jours consécutifs. Ils reviennent ensuite à une deuxième séance de psilocybine après que leur dissociation ait changé. Nous constatons que la deuxième séance de psilocybine se compare très différemment à la première.

À ce stade, le médicament aux champignons peut déployer ses ailes. Il commence à exprimer son potentiel dans votre système. C’est tout simplement une trop grande expérience de faire cela avec quelqu’un qui en est encore au tout début de son travail. Une fois que vous avez brisé votre structure dissociative et que les décharges massives d’opioïdes ont pris fin, la psilocybine peut gagner du terrain dans votre système. Le cannabis ou la MDMA vous font traverser suffisamment de traumatismes. Votre corps est désormais disponible pour vous aider à gérer le contact beaucoup plus complet avec la psilocybine.

Permettez-moi de noter ici une autre mise en garde. Votre corps est très important dans ce processus. Votre capacité cognitive n’a pas été conçue pour traiter de grandes émotions. Contrairement à votre cognition de la pointe de l’iceberg, vous irez beaucoup plus loin lors d’une séance de psilocybine. C’est comme si votre corps est disponible pour [chevaucher] la puissante charge qui accompagne les révélations de la psilocybine.

La thérapie aux champignons vous engage, en la ressentant jusqu’à votre ADN. Vous pouvez enfin sentir la montagne de chagrin glacé dans votre poitrine. Le manque d’amour ou d’accueil en tant qu’enfant fait surface. Il en va de même pour les couches d’agressivité, d’insensibilité et de dépression qui s’ajoutent à cette expérience fondamentale. Vous pouvez également ressentir le délice de toucher quelque chose de vivant. Vous sentez une main, un visage, votre propre corps mou, s’en aller. Cela défie avec amour votre incapacité à aimer. La séance peut vous emmener à votre propre naissance. Ou bien, cela peut vous emmener à votre enfance et à la fraîcheur totale du monde à travers l’expérience mentale ou corporelle d’un enfant.

Aide pour les troubles de la personnalité
J’hésite à le dire en raison de possibles conséquences inattendues. Cependant, nous l’avons vu guérir les troubles de la personnalité de l’Axe 2. Ce sont des diagnostics comme le trouble de la personnalité narcissique ou limite. Le monde des traitements conventionnels offre très peu de choses à leur égard. Comme nous l’avons mentionné précédemment, la personnalité est considérée comme un trait stable et immuable. Même la MDMA ne touche pas aux troubles de la personnalité. J’hésite à le mentionner parce qu’il faudra beaucoup d’efforts pour aider ce type de client à franchir le premier niveau de travail. Sans parler de la profonde réactivité que déclenche la psilocybine. Je le mentionne uniquement pour dire que le travail des champignons est suffisamment important pour pouvoir modifier ce qui était auparavant considéré comme inaltérable.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que l’ensemble thérapeutique, le cadre et la relation sont essentiels. Le médicament est essentiel et la préparation de votre psychisme est essentielle. Ces médicaments peuvent provoquer des guérisons étonnantes. Mais nous devons être prêts à les affronter. En d’autres termes, prenez votre temps et abordez cette entreprise. Comprenez qu’il n’existe pas de pilule magique. Vous faites partie d’un processus étonnant qui adhère toujours aux principes naturels dans la façon dont il se déplace et se déroule. Une structure du moi intégrée, associée et saine est une bonne base à avoir avant de plonger dans le grand bain.

A propos de Saj Razv.

Thérapeute psychédélique, dont vous trouvez les liens web ci-dessous, ainsi qu’une puissante conférence. L’intéressant est qu’il a pratiqué une trentaine de séances psychédéliques bien cadrées, pendant 4 ans, avec de nombreux bénéfices mais sans sentir la vraie guérison, sans accéder à ses traumas d’enfant et en voyant au fur et à mesure les expériences perdre en contenu. Finalement il se fait seul une poignée de séances sous cannabis. Là, il découvre qu’à chaque fois la séance est rythmée par des dissociations puissantes (bref évanouissement puis retour à la conscience). Il décide de poursuivre, mais accompagné. Et là, la présence et le soin de la thérapeute (qui entre autre vise à l’empêcher de ne pas ressentir, l’empêcher de fuir  l’expérience via des sortes de distractions, mouvements images, scénarios, souffle,…) lui permettent de ne pas tomber en dissociation et de visiter des traumas d’enfance qui étaient jusque là complètement enfouis.
La thérapeute est en contact permanent, répond à ses sollicitations , elle commente ce que fait son corps, elle offre du feed-back, elle valide.
Il y a finalement du toucher (un toucher bon, là où à l’origine le toucher était mauvais), mais pas un toucher de soin, juste une réponse.
Il fait 9 séances du genre et s’estime guéri…Tout ceci est raconté ici (voir particulièrement la pratique de la thérapeute) :

Longue et passionnante conférence ci-dessous:

Deux considérations trouvées ailleurs dans la mouvance des TAP:

1) il y a un mythe que le sujet en stress doit être laissé seul, que le travail c’est la médecine qui le fait, etc. Mais le trauma a pu aussi être quelque chose qui ne nous est pas arrivé. Et la médecine peut être insuffisante face au stress du corps dans ces états. Le manque de soin peut alors retraumatiser, parfois même la personne peut ne pas revenir [facilement]. Vous pouvez donner un soin en parallèle de la médecine, vous ne la perturberez pas ! Au contraire peut-être vous la boosterez…. Il s’agit de vraiment sentir le champ, la personne, notre propre état, ce qui serait bon…
2) on confond souvent trauma release et trauma resolution. Des personnes qui vivent au quotidien dans le trauma/stress et qui font sous médecine une expérience cathartique, ne vont souvent pas avoir les moyens de l’intégrer. Le système est trop chahuté. Le sujet va sentir le « relief » pour un temps, mais comme l’intégration n’est pas possible, il va rapidement revenir à ses anciens patterns, croyances, etc.. Il n’y pas de réel traitement (et changement) si la personne part en dissociation pendant l’expérience.

Des recommandations (pêchées ici et là) pour ce public :

Plus doux et plus lentement est finalement pour ceux-là plus efficace sur le long terme.
Ralentir, doser faible, ne pas multiplier les expériences difficiles. Faire des pauses. Réorienter au besoin vers des ressources présentes: musique, extérieur, un guide, quelque chose qui rassure, calme, voire supporte. Les « pauses » vont permettre de retrouver la présence, l’intégration. Prendre d’autant plus soin avec ces personnes de la suite, de l’intégration post expérience.
Ce qui active le système nerveux en surchauffe: manque de choix, manque d’échappatoire, affirmations et injonctions, manque de présence, manque d’empathie, nier/ignorer la souffrance, manque de ‘SAV’, manque de temps pour réguler seul ou à plusieurs (à partir des ressources internes du sujet ou de propositions).

Travailler dans la « fenêtre de tolérance » : zone à l’intérieur de laquelle tu peux intégrer les événements passés sans retomber dans tes protections anciennes: figement, soumission, fuite, violence.